Les conseils d’une chargée de communication dans une maison d’édition pour devenir un.e allié.e exemplaire du livre !

Pour l’équipe NetGalley, voir nos membres réussir à faire vivre leur passion pour la lecture est primordial ! C’est pour cela que nous avons organisé une rencontre avec Mylène Pagnat, chargée de partenariat et communication numérique aux éditions de l’Archipel, pour vous partager son mode de fonctionnement quand elle traite les demandes NetGalley. Elle vous donne ici les clés pour mettre en avant votre Profil, et partage ses conseils sur comment devenir un bon partenaire de service de presse !

Mylène, emmène-nous dans les coulisses du processus de validation des demandes : comment ça fonctionne aux éditions de l’Archipel ?

Je suis, entre autres, en charge de la gestion des réseaux sociaux et de la promotion sur le web de l’Archipel. Mon rendez-vous quotidien sur la plateforme consiste à vérifier les demandes, lire les dernières réceptions de chroniques et les enregistrer pour nos archives presse. Nous gardons tous les retours pour pouvoir faire suivre aux auteurices à l’archivage du titre soit à la parution du livre.

Ce processus de validation est assez rapide. La plateforme me permet facilement de savoir, grâce à des marqueurs de couleur vert et rouge, si j’ai déjà accepté ou refusé une demande d’un profil. Je prends toujours le temps de vérifier la fiche du profil notamment si les livres sollicités ont déjà fait l’objet d’un retour de lecture. Je n’aime pas lorsque plus de deux titres sont en cours de lecture. Je préfère éviter la pression que pourrait se mettre le lectorat dans l’attente d’un retour de lecture. La lecture doit rester un plaisir avant de devenir une contrainte.

Dans ce sens, j’ai mis en place un email personnalisé à validation d’une sollicitation à un titre, et un en cas de refus, en invitant le lectorat à prendre contact avec moi pour plus d’explications. L’idée est d’offrir la possibilité de lire gratuitement une nouveauté mais en échange de partager son avis.

Quelles sont les trois erreurs fréquentes qui peuvent mener à un refus ?

1. Le profil n’est pas complété. Il est toujours agréable de savoir ce qu’apprécie le lectorat, ce qui est recherché et de quelles façons la lecture sera promue sur la toile. Cela montre que le lectorat prendra le temps de partager sa lecture à sa communauté. 

2. Les liens vers les réseaux sociaux, blogs, sites ne sont pas renseignés dans le champ prévu à cet effet mais en présentation. Ce n’est pas pratique et cela ne permet pas d’aller directement s’abonner aux réseaux sociaux. Je considère que le profil n’a pas été rempli avec sérieux et cela me pose toujours question sur la fiabilité de la demande. Il faut comprendre qu’avoir accès à un livre gratuitement, surtout une nouveauté en avant-première est alléchant. Mais cela est possible en échange d’un retour équivalent.

3. Le profil comporte un très grand nombre de sollicitation mais très peu de retour. L’Archipel utilise les services de NetGalley afin de promouvoir leurs auteurices et leurs ouvrages avant parution. En validant une sollicitation, nous nous attendons à avoir un retour rapidement après la parution. J’utilise notamment les retours sur Instagram et je mets en avant des comptes et cite parfois des avis pour nos futures campagnes marketings. C’est vraiment très important de respecter l’offre de la maison et de « jouer le jeu » en soutenant la parution.

Est-ce que tu recherches des informations précises dans les Profils NetGalley pour chaque type de lecteur ?

J’apprécie de savoir qui sont les personnes qui s’intéressent à nos ouvrages. Cependant, je respecte l’intimité de chaque profil. Le lectorat doit pouvoir solliciter un ouvrage sans avoir à dévoiler son intimité si ce n’est pas souhaité : sa famille, son travail etc. Je suis intéressée par les goûts littéraires, les habitudes de lecture et les envies du profil sur la plateforme : « j’adore le thriller psychologique, la romance, la littérature étrangère », « la lecture en numérique me permet de lire plus dans les transports en commun, sur le chemin du travail, à la maison au calme », « je lis du policier en numérique mais les romans uniquement en papier ».

À ton avis, à quelle fréquence les lecteurs devraient-ils mettre à jour leur Profil ?

Je ne vois pas l’intérêt de mettre à jour le profil s’il n’y a pas de changement sur les réseaux sociaux ou le blog.

Quand on met à disposition comme nous trois titres en simultanés, il est facile de reconnaître les profils. Depuis presque deux ans que nous publions sur NetGalley, l’Archipel a une fan base très fidèle. Je reçois des messages personnalisés de beaucoup dans lesquels les avis sont plus tranchés et personnels. Cela instaure un climat de confiance et permet au lectorat d’échanger en toute sincérité, de rendre un avis sincère mais peut-être plus objectif sur la toile en soutien à l’Archipel. Ce sont des échanges qui sont très précieux et permettent à toute l’équipe de la maison d’avancer de concert avec les attentes de nos lecteurices et leurs envies.

Nous savons que les éditeurs se basent sur les statistiques associées aux Profils NetGalley pour valider les demandes. Est-ce qu’il y a des statistiques auxquelles tu t’intéresses en particulier ?

Je regarde en premier lieu si des sollicitations sont en attente sur le compte éditeur. Comme expliqué, je ne valide pas plus de deux voire trois titres en même temps selon nos nouveautés en ligne. L’expérience me prouve que cela stresse le lectorat et empêche une lecture de qualité, détendue et appréciée. 

Je m’attarde ensuite sur le ratio de feedback. Un profil qui a pris l’habitude de solliciter tous les livres disponibles sur la plateforme pour les avoir gratuitement mais ne prend pas au sérieux les attentes des maisons d’édition ne m’intéresse pas. Il m’arrive d’avoir des retours de lectures plus d’un an après parution. Il faut comprendre qu’au-delà de la maison, ce sont nos auteurices du domaine français, beaucoup sont des primo romancier.ères qui s’abreuvent des avis pour s’inspirer et partager avec son lectorat.

Intéressons-nous maintenant à la partie Chronique littéraire. Selon toi, quelles sont les trois choses les plus importantes à prendre en compte lors de l’écriture d’une chronique ? Qu’est-ce que tu conseilles pour une chronique d’un livre qui n’a pas plu ?

Je considère que le lectorat est maître de son avis littéraire et se doit d’écrire comme bon lui semble. Il n’y a rien de mieux qu’une belle prose sur le ressenti après une lecture dans un premier temps et ensuite une prose plus posée sur la construction du récit, les enjeux, les attentes et déceptions.

Cependant, si je devais donner une trame à respecter pour s’aider dans la rédaction d’un avis :

  • Le résumé détaillé personnel en évitant les spoilers
  • Le ressenti à chaud sur l’appréciation générale, la joie, la tristesse…
  • Une réflexion plus poussée sur l’écriture du récit, sa construction, la plume, la recherche de fil conducteur et de résolution, comme une dissertation

Je pense qu’il faut toujours finir une chronique sur une conclusion générale de lecture. Les maisons d’édition utilisent principalement cette partie dans le partage des avis sur les réseaux sociaux. J’invite le lectorat de NetGalley à prendre soin de sa conclusion.

En ce qui concerne les déceptions, je conseille de le dire ! Ne jamais s’empêcher de dire qu’un livre n’a pas su conquérir son lectorat. Une erreur d’aiguillage suite à la lecture du résumé, une déception car trop d’attente dû à la notoriété de l’auteurice ou de la communication autour du livre. En revanche, ce recours doit être constructif. La maison d’édition a besoin de comprendre pourquoi son lectorat se sent floué, est déçu, et surtout ce qui a dérangé et ce qui aurait été attendu, recherché dans la lecture. Il faut essayer de se dire « qu’est-ce que je peux apporter à l’auteurice pour son prochain récit ? »

Qu’est-ce que les nouveaux lecteurs, qui n’ont peut-être pas encore un ratio de feedback élevé ou un blog/réseau social avec une grande portée, peuvent faire pour se démarquer auprès des éditeurs ?

Je ne fais aucune différence entre « gros compte » ou « petit compte » si on doit malheureusement définir un profil ainsi. Je conseille simplement à ces nouveaux profils de prendre le temps de faire un retour comme conseillé plus haut sur 2-3 lectures à la suite avant de faire de nouvelles demandes. Cela permettra de prouver aux maisons d’édition la fiabilité et qualité du profil qui sollicite. De prendre bien soin de son profil en renseignant les champs libres et d’être motivé tout simplement ! Il ne doit pas y avoir de compétition dans la lecture, cela doit rester un plaisir et non une contrainte.

Nous arrivons vers la fin de notre interview, est-ce qu’il y aurait d’autres conseils que tu souhaiterais donner à nos lecteurs ?

Prenez bien le temps de lire les conditions présentes sur la home page de chaque maison d’édition.

De lire avec plaisir les titres sollicités et de respecter l’engagement pris au moment de la sollicitation à savoir : rendre une chronique sincère, exhaustive, travaillée et de bien veiller à partager son retour.

Penser à partager son avis au maximum : il est essentiel pour une maison d’édition d’avoir de la visibilité sur des sites de lecteurs comme Babelio, Livraddict en France et/ou Goodreads à l’étranger. Ces plateformes de partage de chroniques et d’informations sur le monde de la littérature en tout genre participent « naturellement » au référencement sur les moteurs de recherche et permettent d’accroître la visibilité des ouvrages. N’oublions pas que le principe de NetGalley est de mettre à disposition ce qu’on appelle dans le milieu des services de presse en échange de visibilité. 

Ne jamais oublier l’accord qui est implicitement passé au moment de la validation de la lecture entre le lectorat et la maison d’édition : un livre en échange d’une critique. 

N’hésitez pas quand on vous le propose, ce qui est mon cas, à contacter la maison d’édition pour échanger sur votre lecture, lui faire remonter vos conseils et la remercier directement pour ce moment de lecture. Je suis toujours contente de pouvoir échanger.

Merci beaucoup Mylène d’avoir répondu à nos questions !

Un avis sur « Les conseils d’une chargée de communication dans une maison d’édition pour devenir un.e allié.e exemplaire du livre ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :