Coup de projo sur nos lecteurs #55 – Marie-Hélène, professeure, chroniqueuse et auteure.

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires. 

Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir le parcours et le travail de Marie-Hélène, professeure de littérature américaine, auteure, rédactrice sur le blog sharingteaching.blogpost.com mais également lauréate de la seconde édition du challenge NetGalley France durant lequel elle a partagé 37 chroniques !

Merci d’avoir accepté de répondre à nos questions et encore félicitations Marie-Hélène !


Pour commencer, comment définiriez-vous votre relation avec les livres, la lecture ?

Question difficile ! Les livres sont un élément aussi essentiel que l’air pour moi ! Je lis sans arrêt depuis mes six ans et je me nourris de mes lectures avec avidité ! Tout ce que je fais tourne autour des livres : l’écriture, mon blog, l’enseignement. J’ai beaucoup de chance de pouvoir lire pour mon travail !

Vous êtes professeure agrégée de littérature américaine, avez-vous des « techniques » pour motiver vos élèves à lire et découvrir de nouveaux titres et auteurs ?

Oh, oui ! En tout cas, je n’abandonne jamais ! Je propose à mes élèves des activités interactives et ludiques mais toujours approfondies. Par exemple, ils interviewent des auteurs américains et britanniques sur Skype plusieurs fois par an pour tenter de mieux comprendre le processus créatif et l’auteur derrière les extraits qu’ils ont étudié en amont.

Ils échangent sur la littérature avec de jeunes Japonais. Ils s’adonnent à beaucoup de tâches créatives : écriture de haikus pour analyser une scène de Hamlet, écriture d’une nouvelle à quatre mains avec un auteur américain, etc…. Je parle de tous ces projets et de bien d’autres dans mon témoignage : L’élève au cœur de sa réussite, publié aux Editions Bourin en 2017.

En parallèle de cette activité, vous tenez aussi un blog où vous partagez vos avis de lecture. Pourquoi avoir eu envie de lancer ce blog ?

En fait, j’ai créé ce blog en 2011 et à l’époque c’était un blog d’enseignante. J’y parlais surtout de l’enseignement de l’anglais, ce qui explique son adresse (https://sharingteaching.blogspot.com). Et petit à petit, en particulier quand j’ai commencé à enseigner la littérature américaine (un rêve) en section internationale, mon blog a naturellement évolué.

J’y partage avec mon mari, Gabriel Erhart, des avis de lecture mais aussi tout article sur la littérature, en particulier des interviews d’acteurs de la littérature (qui ne se cantonnent en aucun cas aux écrivains),…

En tant qu’auteure (publiée depuis 2011), je sais à quel point il est difficile de se faire connaître et partager mes avis de lecture me donne l’opportunité d’aider des collègues à faire connaître leurs ouvrages

Que préférez-vous dans cette activité ?

Tout me plaît dans cette activité mais s’il faut vraiment choisir, je dirais découvrir des nouveautés avant leur parution, le fait d’approfondir la lecture nécessairement (puisqu’il faut en rendre compte), et les liens qui se forment lorsque nous interviewons les auteurs.

Avoir accès aux services de presse numériques des éditeurs a-t-il modifié la manière dont vous travaillez ?

Pas vraiment, mais ça me facilite la tâche car cela m’évite de devoir mettre en place de multiples partenariats.

Pouvez me dire quelques mots sur l’importance d’avoir des retours de la part des lecteurs professionnels et influents en tant qu’auteur ?

En tant qu’auteure, l’avis des lecteurs, quels qu’ils soient, est essentiel puisqu’un roman ne vit pas sans lecteurs.

Rien ne nous fait plus plaisir à Gabriel et moi (qui avons écrit à 4 mains Le feu secret, dystopie/roman historique publié aux Editions Nouvelle Bibliothèque, qui est sur NetGalley), que de lire les retours de lecteurs, leurs partages et d’apprendre ce qui leur a plu (ou pas), ce qui les a touchés…

Cet échange nous nourrit et nous permet d’avancer, de progresser. 

Pour terminer, avez-vous un/des coup(s) de cœur découvert(s) récemment sur NetGalley à partager ?

Oui, plusieurs ! J’ai adoré Cachemire rouge, La rivière de satin, Qui a tué l’homme homard ?, Une femme en contre-jour… et tellement d’autres !

Focus sur TEA, The Ebook Alternative avec Marion, e-libraire

En participant au challenge NetGalley, vous pouvez tenter de remporter une liseuse ! Connaissez-vous TEA, The Ebook Alternative, partenaire de NetGalley, qui vous offre deux liseuses ?

Marion, e-libraire a accepté de répondre à quelques questions pour nous présenter son travail :

Pouvez-vous présenter TEA à nos lecteurs ?

TEA, The Ebook Alternative est une petite entreprise française qui essaye de rendre accessible au plus grand nombre le livre numérique et de le libérer des systèmes propriétaires (oui, rien que ça !). Nous travaillons avec des grands et petits libraires français et européens et notre rôle c’est de leur apporter une solution technique et commerciale pour commercialiser les livres numériques.

Quelle est votre mission au sein de l’entreprise ?

Je suis e-libraire. Je suis l’intermédiaire entre les éditeurs et les libraires et mon objectif au quotidien et d’aider nos clients à vendre des ebooks par diverses actions d’animation commerciale.

Vous travaillez pour une entreprise qui veut démocratiser la lecture numérique, lisez-vous uniquement des ebooks ?

Non comme pas mal de gros lecteurs je lis sur tous les supports possibles : en numérique et en papier. Je lis plus en numérique depuis quelques années mais c’est aussi parce que je prends plus les transports en commun :).

Avez-vous un modèle de liseuse préféré ?

J’aime vraiment beaucoup la Touch HD+. Elle est super réactive pour une liseuse et j’apprécie la possibilité de faire varier l’intensité et la « chaleur » de l’éclairage.  

Comment utilisez-vous NetGalley dans votre travail ? 

En ce moment j’utilise un peu moins Netgalley (je suis dans une période «vieux trucs» et ma PAL est longue comme le bras sans parler du fait qu’en ce moment j’essaye les livres audio… ). 

Mais il n’empêche que je recommande largement le service à mes amis et clients libraires. Ça m’a changé la vie de pouvoir avoir en quelques clics des dizaines de SP surtout au moment de la rentrée littéraire (ma valise vous remercie d’ailleurs). 

Avez-vous un ou plusieurs coups de coeur littéraires à partager avec nos lecteurs ? 

Je suis en train d’écouter en livre audio « Sorcières » de Mona Chollet et c’est top ! 


Il reste encore quelques jours pour tenter de gagner l’une des deux liseuses mise en jeu dans le cadre du challenge NetGalley !

Rappel : La personne qui aura partagé le plus de chroniques sur NetGalley durant le challenge recevra une liseuse TEA Ultra
La participation au tirage au sort de la liseuse TEA Touch Lux 4 rouge est liée aux conditions suivantes : avoir rempli et mis à jour son profil NetGalley et avoir chroniqué au moins un titre de la sélection du lancement du challenge.
Bonne chance à tous !

Coup de projo sur nos lecteurs #53 – Les Chroniques d’Acherontia

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires.

Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Aujourd’hui, nous avons la joie de partager notre entretien avec Marie, connue aussi dans la blogosphère littéraire sous le pseudo Acherontia Nyx.

Elle partage son parcours, nous raconte sa relation avec les livres, nous parle de son travail de bibliothécaire-documentaliste et explique ce qui l’a poussée à se lancer dans la blogosphère avec un blog créatif et littéraire.


Pour commencer, comment définiriez-vous votre relation avec les livres, la lecture ? 

Avant toute chose, je définirais cette relation en un mot : « nourriture ». 

Je pense en effet que la lecture est totalement nécessaire à ma vie personnelle comme à ma vie artistique. Je la vois comme une nourriture, autant intellectuelle qu’artistique, humaine, philosophique, voire spirituelle. Et comme toute nourriture, elle est indispensable à ma survie. C’est aussi simple que cela. 

La lecture et moi, c’est « Je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ». Cela peut paraître étrange pour une blogueuse littéraire, car l’on a souvent l’impression que nous sommes tout le temps « à fond » dans notre passion, qu’on la vit à la folie tous les jours. Mais en fait, ce n’est pas si vrai que ça. Pour ma part, mon intensité de lecture varie selon les périodes. Je peux connaître de longues semaines durant lesquelles je ne ferais que lire, si je m’écoutais. Dès le lever, j’ai envie de bouquiner, et j’ai un mal fou à attendre ma pause de midi pour reprendre mon roman là où je l’ai laissé la veille. Lorsque je rentre du travail, je n’ai qu’une envie, finir au fond de mon divan préféré avec mon livre du moment entre les mains. Et puis l’envie se fait moins pressante, elle entre progressivement en hibernation, et là, ce sont d’autres envies qui prennent le dessus, majoritairement des envies créatives.

On dirait, dans ces moments-là, que mon imaginaire est repu et que ma créativité, nourrie de toutes ces lectures, prends le pas et me pousse à reprendre le chemin de l’activité artistique. Il faut savoir qu’en plus de mon métier premier, je suis aussi artiste multidisciplinaire, j’écris des textes, je les illustre, je crée des bijoux et des accessoires issus de mon monde imaginaire, puis je joue de la harpe celtique, aussi. Durant ces moments-là, je lis toujours, mais moins. Je ne m’autorise des pauses-lecture que lorsque je suis satisfaite du travail accompli au point de vue artistique, c’est-à-dire avant de me coucher, le plus souvent. Et puis, comme tout le monde, je suis humaine et non une machine à lire, donc il m’arrive parfois d’avoir des périodes « sans », où je n’ai envie de rien en particulier, à part me « mater » un bon film dans les bras de l’Amoureux, passer un peu de temps avec les enfants, ou sortir entre amis. Dans ces périodes, la lecture est souvent remisée au placard pour une durée indéterminée… qui heureusement ne s’éternise jamais.

Cela étant, j’ai très souvent du mal à rester une journée sans lire une ligne. Dans mes moments de lecture passionnée, j’ai constamment la liseuse sous la main, et je la sors au moindre instant d’attente, dans la file du magasin, dans les embouteillages, pendant que le repas cuit… Même dans mes périodes « sans », il me faut au moins lire quelques lignes, même si je prends un mois à finir mon roman. Je pense que je serais très malheureuse sans aucune lecture à portée de main. 


Vous êtes bibliothécaire-documentaliste, il me semble, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre travail ?

Effectivement, j’ai fait de ma passion pour les livres mon métier. Malheureusement, je ne travaille pas du tout dans le domaine de la littérature, puisque je fais partie de deux bibliothèques universitaires.

Ce que je manipule le plus souvent, ce sont des livres informatifs, des thèses, des travaux de fin d’études, des périodiques scientifiques. La première bibliothèque où je bosse est spécialisée dans les sciences appliquées et les mathématiques… autrement dit, pas du tout ma tasse de thé ! Heureusement pour moi, je ne suis pas obligée de connaître le contenu de ces ouvrages pour pouvoir les traiter et les proposer aux lecteurs de l’université. Les études de bibliothécaire-documentaliste nous apprennent à traiter tous les types de documents, qu’ils soient intelligibles pour nous ou non.

En revanche, la seconde bibliothèque où je travaille me permet de côtoyer des documents beaucoup plus amusants, puisque j’y occupe un poste d’opérateur en numérisation patrimoniale. Oui, c’est un bien grand mot ! En fait, je numérise des documents anciens, principalement des manuscrits (médiévaux ou non), des incunables (les premiers imprimés d’Europe avant l’arrivée de la typographie, située en l’an 1501), des cartes et des imprimés anciens. Le but visé est, d’une part, de rendre ces documents accessibles gratuitement au plus grand nombre, et d’une autre part, de minimiser la manipulation physique de ces documents qui peuvent se montrer parfois très fragiles. (Si le sujet vous intéresse, je vous invite à aller faire un petit tour d’horizon sur notre plateforme, Donum.uliege.be). 

C’est un travail qui me plaît particulièrement car il me permet de manipuler des documents anciens et précieux, et ainsi de réaliser un de mes rêves de petite fille. En effet, j’ai toujours été fascinée par le Moyen Âge, les vieux grimoires, les parchemins, la calligraphie, l’enluminure… C’est un univers qui m’inspire énormément, et je suis heureuse de pouvoir y contribuer à ma façon. 


Pouvez-vous revenir sur l’histoire de votre blog : qu’est-ce qui vous a poussé à prendre le temps d‘écrire après vos lectures ? 

L’histoire de mon blog est relativement ancienne, puisqu’il vient de fêter ses six ans d’existence. La période qui a vu ses balbutiements reste un peu floue dans mes souvenirs, mais je pense qu’à un moment donné, j’ai dû faire le constat que je lisais beaucoup moins qu’avant.

J’avais environ 27 ans quand j’ai décidé de me lancer dans l’aventure du blog. C’était une époque de ma vie où j’avais le sentiment d’être arrivée dans une impasse. Dans mon mal-être, je me suis tournée vers une activité que j’avais depuis longtemps délaissée et qui me faisait du bien lorsque j’étais ado : la lecture. Cela a commencé par un roman de Laurent Gounelle, un roman « feel good » qui m’a rendu suffisamment de confiance en mes capacités pour pousser le vice un peu plus loin.

J’ai toujours eu l’envie de conserver une trace de mes lectures et de ce qu’elles m’avaient apporté. D’ailleurs, quand j’étais gamine, je rêvais d’écrire une encyclopédie de la fantasy. Une jolie utopie, mais l’idée y étais. Je crois aussi que, me sentant seule et enfermée dans une situation que je ne maîtrisais pas, j’ai eu besoin de partage.

Cela s’est donc fait assez naturellement, encore qu’au début, je me sentais légèrement mal à l’aise de partager ainsi des bouts de ma vie sur Internet. Je pense surtout que je n’avais pas assez confiance en moi, en ma façon d’écrire et en mes avis de lecture. Mais j’ai senti que ça me faisait du bien, que c’était en quelque sorte thérapeutique, et j’ai tenu bon.


Que préférez-vous dans cette activité ?

Les services presses ? (Rire) Non, plus sérieusement, je pense que le côté que je préfère par-dessus tout, c’est le partage. Je ne suis pas une « super addict » des réseaux sociaux, loin s’en faut. Je suis plutôt du genre ourse mal léchée qui hiberne dans son salon au coin du feu de bois. Mais je dois dire que la petite communauté des lecteurs de l’imaginaire est plutôt soudée et très intéressante à découvrir. Jusqu’à présent, je n’y ai trouvé que des personnes bienveillantes, cultivées et curieuses de tout. De temps à autre, on peut se croiser au détour d’un salon, même si l’on ne se reconnaît pas toujours (et je dois dire que je ne suis aaaaaaabsolument pas physionomiste… ce qui me vaut souvent de mauvais tours !). Il y aussi beaucoup de partage avec les auteurs et les éditeurs, qui souvent nous reconnaissent d’un salon à l’autre. Oh, je ne suis certes pas la plus connue des blogueurs de l’imaginaire, et je ne cherche pas non plus à le devenir (faute à ma timidité et mon stress social… Cela s’améliore avec le temps, mais c’est un combat de tous les jours). Cela dit, c’est toujours très plaisant de voir que l’on se rappelle de nous et que notre travail est apprécié. 

Comment vous organisez-vous pour tenir votre blog à jour et être active sur tous vos réseaux ?

Hum, quand vous dites « à jour », c’est genre un post par jour, ou… ? (Rire) Pour être tout à fait honnête, je suis à des années-lumière d’être à jour sur mon blog et mes réseaux sociaux. Je dois avoir… quoi ? Une quinzaine de chroniques en retard, au bas mot. Et si ça se trouve, je suis loin du compte. Et je ne parle même pas des challenges littéraires. Là, rien que d’y penser, ça me donne le tournis ! Bon, je vous explique le hic…

Avec mon Amoureux actuel est aussi venu l’épanouissement personnel, le retour de l’énergie et de la confiance en moi. C’est ainsi que j’ai pu (enfin !) me lancer dans mes projets artistiques qui me faisaient envie depuis si longtemps mais dont je m’interdisais l’accès par crainte de l’échec. Je suis donc passée d’un « simple » temps plein à la bibliothèque à un triple temps plein bibliothèque/belle-maman/artiste. Et ça, ce n’est pas de la petite bière! Et si en plus on compte que je suis aussi harpiste et secrétaire de rédaction pour le magazine Metallian, cela fait vite beaucoup pour une seule personne. Alors c’est vrai que je manque trop souvent de temps, que je suis souvent overbookée, fatiguée, parfois même sur les rotules, mais au moins, je vis, et j’aime cette vie qui est la mienne. Je ne l’échangerais contre rien au monde ! Comme le dit ma prof de harpe : « On aura tout le temps de se reposer quand on sera passés de vie à trépas ! » 

Donc, pour répondre à cette question, je n’ai pour l’instant aucune organisation quant au blog, et cela se ressent d’ailleurs, car je suis souvent en retard pour rendre mes chroniques (un grand mea culpa aux auteurs et aux éditeurs qui attendent…). Ce n’est pas de mauvaise part, c’est juste que je surnage parmi les tâches sans en voir la fin. 

Pour terminer, avez-vous un/des coup(s) de coeur découvert(s) récemment sur NetGalley à partager ?

Mon dernier coup de cœur sur Netgalley a été pour un livre plutôt typé «young adult ». Je lis très peu de romans de ce genre, d’habitude. Je suis généralement beaucoup plus portée sur les romans pour adultes (et je ne parle pas que des romans à caractère licencieux, n’est-ce pas…).

Il s’agit du premier tome de l’Asile du Nord, intitulé « Camille » et écrit par Carine Paquin.

L’auteure nous conte une histoire de possession démoniaque, avec un joli fond de romance, mais qui ne verse pas dans la vulgarité comme on peut parfois le voir avec certaines séries de bit-lit. J’ai particulièrement apprécié le côté « histoire vraie » qui rend le récit particulièrement immersif.

Le fait est que l’histoire s’ancre dans une ville bien réelle appelée Malartic, au Canada. C’est la ville natale de l’auteure, si je ne m’abuse, et cela se sent car tout est décrit très minutieusement, du décor au background historique, jusqu’aux ambiances mêmes.

La chronique paraîtra bientôt sur le blog, entre une séance de peinture aquarelle, deux prêts de livres, la correction d’un devoir et la préparation du souper du jeudi soir !

Coup de projo sur nos lecteurs #52 – Alexandra, rédactrice sur le blog « livresforfun »

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires. Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de partager avec vous notre entretien avec Alexandra, blogueuse littéraire depuis 2012 sur livresforfun.overblog.com. Elle partage son parcours, explique ce qui l’a poussée à se lancer dans la blogosphère et nous donne quelques conseils pour une utilisation raisonnéee de NetGalley. Merci à elle!

Pour commencer, comment définiriez-vous votre relation avec les livres, la lecture ? 

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été fascinée par «l’objet livre». Ma mère amatrice de lecture avait une jolie bibliothèque et j’avais hâte de m’y plonger. J’ai appris à lire dès que possible et vite.

En cours préparatoire, je lisais des livres en cachette sous mon bureau dès le mois de décembre, ce qui amusait beaucoup mon institutrice de l’époque.

J’ai enchaîné les classiques de la littérature jeunesse, Bibliothèque rose et verte… . Mais très vite j’en ai voulu plus, j’ai pioché dans tous les styles et ai trouvé mes préférences. Pendant mon adolescence je suis passée de Tolkien à Zola et Balzac avec beaucoup de curiosité. Aujourd’hui, je suis une grande adepte de tous les genres du polar ainsi que de la fantasy.

Même si le livre garde une place prépondérante, j’ai adopté, depuis 5 ans désormais, la lecture numérique, pour des raisons pratiques. A raison d’une bonne centaine de romans par an, les étagères débordent vite.

La lecture est pour moi, un « tout », elle m’apporte évasion, découvertes, ouverture au monde, détente et voyage. C’est véritablement mon passe-temps préféré et pas un jour ne passe sans quelques pages ou quelques chapitres. Je vis véritablement et intensément chaque histoire, chaque mot… il serait impossible pour moi d’arrêter .

Pouvez-vous revenir sur l’histoire de votre blog : qu’est ce qui vous a poussée à prendre le temps d’écrire après vos lectures ? 

Je suis amatrice de salons littéraires, et dans ma région natale je peux en trouver plusieurs chaque année. A l’occasion d’un de ces salons,  «la comédie du Livre» de Montpellier, j’ai échangé avec d’autres lecteurs, amateurs comme moi. Après les avoir conseillés sur quelques titres coup de cœur, l’une d’entre elles m’a demandé pourquoi je ne partageais pas mes avis sur un blog. J’y avais d’ores et déjà pensé, mais cette rencontre a servi de déclic.

En Juillet 2012, est né livresforfun.overblog.com. Il a fallu deux ans d’hésitations et d’essais pour que le blog prenne son envol. Des maisons d’éditions m’ont proposés des partenariats et tout s’est vite enchaîné : réseaux sociaux , NetGalley …

Aujourd’hui le blog reçoit entre 1000 et 2000 visites par mois, et cela reste régulier. Je poste une dizaine de chroniques par mois depuis trois ans, même si parfois ma vie personnelle et ma vie professionnelle ne me permette pas de lire autant que je le souhaiterais.

Que préférez-vous dans cette activité ?

L’interaction avec tous ces passionnés de lecture et les échanges qui s’ensuivent m’encouragent à continuer, et à alimenter mon blog, coûte que coute.

D’ailleurs parmi mes abonnés figurent certains de mes collègues avec qui je prends grand plaisir à échanger jours après jours.

Rien de tel que rentrer après une longue journée, et trouver un commentaire sympathique, une question sur un roman, ou une discussion animée. La création d’une page Facebook, liée à mon blog a véritablement permis de faciliter ces échanges.

Au final je rends la pareille à tous ceux qui m’ont donnée envie de découvrir de nouveaux romans par un commentaire, ou une petite description, que ce soit sur un site communautaire ou sur un site marchand.

Comment vous organisez-vous pour tenir votre blog à jour ?

J’essaye le plus possible de rédiger ma chronique le jour suivant la fin d’un livre. Ce délai me permet d’éviter toute réaction à chaud et de bien penser à la lecture que je quitte. Je fais ainsi bien la part des choses, le point sur les personnages et sur l’histoire. Cela me permet de rester objective.

Peut-être avez-vous un conseil, une astuce pour utiliser au mieux NetGalley ? 

Ne pas se montrer trop gourmand au début, et bien penser aux chroniques à écrire. La première fois, face à toutes ses possibilités offertes, on a l’impression de tout vouloir lire. Mais il vaut mieux privilégier la qualité de la lecture que la quantité. Et puis surtout se montrer honnête en toutes occasions, dans les coups de cœur comme dans les déceptions. Les personnes qui lisent nos avis veulent avant tout connaître nos sentiments, nos sensations, nos perceptions, donc il ne faut pas hésiter à se livrer.

Pour terminer, avez-vous un/des coup(s) de coeur découvert(s) récemment sur NetGalley à partager ? 

Mon dernier coup de cœur récent (car il y en a eu un grand nombre) est «Bad Man» de Dathan Auerbach . Ce roman est tout simplement génial et devrait rencontrer un très grand succès en librairie. Tout est dans l’ambiance , et le suspense allié à une psychologie fine des personnages en font un incontournable du moment.

Il a presque réussi à détrôner le génial « Erectus » de Xavier Müller qui a marqué nombre de mes abonnés.

Pour découvrir la chronique d’Alexandra

Pour découvrir la chronique d’Alexandra

Un dernier mot : 

Je tiens véritablement à remercier NetGalley , qui m’a permis de découvrir des auteurs incroyables vers lesquels je ne serais pas forcément aller . Des auteurs de toutes nationalités et qui écrivent dans tous les genres. L’adepte de polars que je suis, s’est ouverte à la littérature générale avec un plaisir non dissimulé.

Coup de projo sur nos lecteurs #51 – Audrey, rédactrice sur le blog Lire&Vous

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires. Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Dans cet entretien nous vous proposons de découvrir le cheminement et le travail d’Audrey, rédactrice sur le blog lireetvous.wordpress.com. Merci Audrey de vous être livrée dans ce coup de projo!

Comment définiriez-vous votre relation avec les livres, la lecture ?

Pour moi, la lecture est une passion réelle et très ancienne. J’ai de très nombreux souvenirs d’enfance autour des livres et de la lecture. De ma série coup de cœur « La petite maison dans la prairie » quand j’avais 8 ans, à ma découverte de l’univers de Stephen King à 15 ans, les livres m’ont accompagnée depuis toujours.

Même si j’ai toujours été entourée de livres, je me suis inscrite très tardivement en bibliothèque. J’avais besoin de garder les livres que je lisais, et surtout ceux que j’appréciais, près de moi. Et puis, mon budget n’a plus suivi, et j’ai découvert les 3 médiathèques de ma ville. Je me suis liée aux bibliothécaires, je participe au club lecteur et j’ai pu assouvir mes besoins littéraires en toute sérénité.   Aujourd’hui, je lis aussi bien des livres papier que sur mes 2 liseuses. Je lis partout, tout le temps… Je suis plus attirée par les romans, français et étrangers, et la littérature young adult que je trouve très riche et variée. J’aime aussi lire à mes enfants, partager avec eux des moments autour d’un album ou d’un conte. J’aime les sentir auprès de moi, plonger dans un autre univers et goûter à leur tour au plaisir des mots.

Pouvez-vous revenir sur l’histoire de votre blog : qu’est ce qui vous a poussé à prendre le temps d’écrire après vos lectures ?

Tout a commencé en juin 2013, quand je me suis inscrite sur Babelio. Ce site m’a permis au départ d’enregistrer ma bibliothèque et d’écrire sur ce que j’avais ressenti lors de mes lectures. C’était une façon pour moi de me souvenir de ce que j’avais lu.Et puis, j’ai ouvert mes horizons, j’ai fait la rencontre de lectrices tout aussi passionnées et j’ai commencé à participer à des challenges de lecteurs. Je me suis prise au jeu du partage et écrire mes chroniques est devenu un vrai plaisir.

C’est mon conjoint qui m’a poussée à créer mon blog. Et je l’en remercie aujourd’hui ! La lecture n’est pas un plaisir solitaire et partager est pour moi indissociable des moments que je passe à lire. Ecrire et être lu, c’est aussi se donner la chance d’échanger avec d’autres passionnés, apprendre à réfléchir sur ce qu’on lit, dévoiler ses centres d’intérêts et découvrir des romans vers lesquels on ne serait jamais allé si on avait continué à lire seul dans son coin.

Que préférez-vous dans cette activité ?

Une fois un roman terminé, je vais très rapidement sur mon blog pour écrire mon article. Je les construis toujours de la même manière : un rapide résumé puis une analyse de ce que j’y ai trouvé.

Que j’ai aimé ou pas, tous les romans que je lis sont chroniqués. J’aime décortiquer mes ressentis, faire découvrir des romans et j’essaye de donner à d’autres l’envie de les ouvrir à leur tour.

Comment vous organisez-vous pour tenir votre blog à jour ?

Je pense que pour qu’un blog soit suivi et attractif, il doit être tenu à jour régulièrement.

J’ai donc des articles récurrents : chaque lundi, je reviens sur ma semaine de lectures et mes prochains romans. Le mardi est consacré à ma lecture en cours et un extrait de la page 31. Le jeudi est le rendez-vous du Throwback Thursday Livresque. Grâce à BettieRose Books, une blogueuse très largement suivie, nous mettons à l’honneur des romans que nous avons déjà lu et qui correspondent au thème du mois.

J’écris souvent ces articles le week-end pour me laisser le temps dans la semaine d’écrire uniquement sur mes chroniques lectures.

Pour un peu de légèreté et d’humour, j’ai ensuite quelques billets sur des défis mensuels ou des TAG: ces questionnaires assez réputés sur les blogs littéraires.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les 68 premières fois ?

Les 68 premières fois est une de mes plus passionnantes aventures de lectrice ! C’est avant tout une association qui cherche à promouvoir le livre dans des lieux ou vers des publics moins touchés par la lecture (en prison par exemple). 

Mais ce sont aussi 4 femmes exceptionnelles ! Trois d’entres elles lisent et sélectionnent à chaque nouvelle rentrée littéraire des premiers romans (et même des deuxièmes depuis peu) qu’elles envoient ensuite au groupe de lecteurs précédemment inscrits. C’est ensuite à nous de les lire, échanger, partager et faire découvrir ces pépites parfois perdues au milieu de toutes les sorties littéraires.

C’est l’essence même de ma passion : lire, découvrir et partager.

La nouvelle sélection pour la rentrée littéraire d’hiver est ma troisième participation et c’est un vrai bonheur. Entre recevoir des romans dans sa boîte aux lettres, un véritable cadeau pour tout lecteur qui se respecte, découvrir de nouvelles plumes et les promouvoir le plus largement possible, tout n’est que plaisir !

Peut-être avez-vous un conseil, une astuce pour utiliser au mieux Netgalley 

J’ai peu de conseils concernant NetGalley. Le site est très simple d’utilisation, les retours des maisons d’éditions sont la plupart du temps très rapides et jusqu’à maintenant peu de mes demandes ont été refusées. J’ai tout de même acheté une liseuse, la Kindle, uniquement pour mes services presses car l’utilisation est beaucoup plus simple que sur ma Kobo!

Pour terminer, avez-vous un/des coup(s) de cœur découvert(s) récemment sur NetGalley à partager ?

Parmi les derniers romans reçus, j’ai beaucoup aimé Hello, Sunshine de Laura Dave ou Château de femmes de Jessica Shattuck.

En littérature jeunesse, j’ai adoré Les mystères du manoir Steiner de Rose Marie-Noëlle Gressier et la série sur les classiques à faire découvrir aux plus jeunes : Emile, l’intraitable Zola et Victor, l’indomptable Hugo.

En un peu plus de 14 mois sur NetGalley, j’ai pu découvrir une centaine de romans et des maisons d’éditions que je remercie sincèrement pour leur confiance…

Coup de projo sur nos lecteurs #50 – Anne-Catherine, libraire

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires. Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Dans cet entretien vous pourrez en savoir plus sur le travail d’Anne-Catherine, libraire dans un Cultura : travail de recommandation, préparation des rencontres avec les auteurs, suivi de l’actualité littéraire… Merci à elle de s’être livrée dans ce coup de projo!

Pour commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours ? 

Alors depuis toute petite je lis énormément, dévoreuse de bouquins j’ai mis du temps à trouver ma voie scolaire. Ayant arrêté l’école à 17 ans, j’ai travaillé 11 ans dans le milieu agricole ( j’y ai fais 2 formations diplômantes j’ai donc le niveau BAC) Puis j’ai travaillé dans le milieu social auprès d’adultes handicapés durant 2 ans. 
Bénévole en Bibliothèque durant ces 13 années, j’ai adoré aider les abonnés dans leurs recherches, découvertes et participer aux achats. Après avoir déménagé de la campagne à la ville, j’ai appris ma première grossesse, je l’ai donc vécu, puis quand mon congé maternité est arrivé à terme j’ai repris mes recherches d’emplois.

Un Cultura ouvrait ces portes, j’ai postulé, eu 2 entretiens et j’ai eu mon CDI en novembre 2015 en tant que Conseillère de Vente en Librairie, j’avais en charge les rayons Jeunesse et Parascolaire. L’année suivante j’ai demandé à prendre en charge l’évènementiel de la Libraire.

Octobre 2016, j’ai organisé un petit Salon sur 1 journée avec 10 auteurs. J’essaye d’avoir 3 auteurs par mois en dédicace depuis ce mois-là. (Hors juillet et août). Décembre 2017 j’ai organisé l’évènement « En Avent les Livres » avec 1 auteur par jour du 1er au 23 Décembre pour proposer des livres originaux et dédicacés sous les sapins.
En mars 2018, j’ai pris en charge les rayons Sciences Humaines, Développement personnel ( Litothérapie, ésotérisme…) et Polar, SF.
J’ai également organisé le même évènement pour Décembre 2018, mais étant absente car en arrêt pour ma grossesse, j’ai passé le relais à un collègue. J’ai hâte de reprendre le travail, retrouver mes collègues, mes livres, mes clients. Ce que j’aime le plus dans mon métier c’est la confiance que nous accorde Cultura dans les achats, nous pouvons donc parier sur nos coups de cœurs !

Comment vous tenez-vous informée des actualités, des parutions littéraires ? 

J’ai la chance de voir les représentants 4 mois avant la parution des livres, je suis abonnée au magasine LIRE et grâce aux réseaux Sociaux où je suis bon nombre d’auteurs.
J’ai été ravie de découvrir NETGALLEY pour lire encore plus et pouvoir conseiller au mieux mes clients et réadapter mes achats.

Comment travaillez-vous avec les services de presse que vous recevez ?

Alors je cible les rayons qui m’intéressent, YOUNG ADULT, ROMANCE, POLAR, SF, FANTASY, LITTERATURE, SCIENCES HUMAINES. ensuite je regarde sur Netgalley la disponibilité, si je ne trouve pas je demande à mes représentants un SP papier, mais je préfère les SP numériques.
Je lis en général 90 pages, si j’aime je le lis en entier. Si je n’accroche pas je lis en diagonale.
Il est rare que je ne lise pas le SP.

Je lis entre 5 et 10 livres par semaine en temps normal. ( avec ma grossesse j’ai augmenté ma cadence entre 8 et 15, mais je lis aussi des livres numériques de ma PAL LECTEUR DE CADAVRES, tous LES PHOBOS, tous LES PIERCE BROWN… )

En tant que libraire, avez-vous des conseils pour bien conseiller un livre que vous avez aimé ?

J’ai la chance d’avoir une bonne mémoire et de me rappeler des goûts de mes clients donc dès que je lis un livre qui plairait je le note dans un petit calepin sous les prénoms de mes clients. Ensuite je fais des mise en avant avec des coups de cœurs (il faut que ce soit court et accrocheur, que ça donne envie mais sans trop en dire). Je ne fais jamais de faux, si un client me demande mon avis sur un livre où je n’ai pas accroché, j’essaye de trouver des points positifs tout de même, mais en disant que ce n’est pas mon livre préféré !

Si vous pouviez faire venir un auteur pour un événement spécial, qui serait-il ?  

J’adorerais organiser un vrai Salon littéraire sur Brest, cela manque. Après j’invite chaque semaine des auteurs je n’attends pas d’évènement spécial !

Quel est le livre que vous avez le plus recommandé cette année ?  

Il y en a 3 :
1. VIRGINIE GRIMALDI Il est Grand Temps de Rallumer les Etoiles

2. DON MIGUEL RUIZ les 4 Accords Toltèques

3. ANNA DAY Fandom


Et pour terminer, y a-t-il des livres découverts sur NetGalley récemment que vous souhaiteriez recommander à nos lecteurs ? 

Fandom d’Anna Day, Corruption de Don Winslow, Erectus Xavier Muller et
les livres de l’editeur Juno Publishing en général ( Romances originales)

Après en  14 mois d’utilisations de Netgalley j’ai eu 133 validations et rendus 115 Chroniques alors dur de faire des choix.