Coup de projo sur nos lecteurs #36

On aime lire et partager vos avis de lecture, découvrir vos coups de cœur, vibrer avec vous au fil de vos découvertes…  

Aujourd’hui, coup de projecteur sur le travail de Caroline adepte de romans feel-good qui tient le blog, La biblio de Caroline :

Avec plus de 50 chroniques partagées sur NetGalley (badge à l’appui sur son blog 😉 ), son amour pour la lecture n’est plus à démontrer ! C’est également d’écriture que nous avons souhaité parler aujourd’hui, puisque Caroline a publié son premier roman il y’a quelques mois,  Le doux parfum des Jacandaras, disponible en ce moment sur NetGalley grâce à Librinova.

Pourquoi avoir décidé de vous lancer dans la blogosphère littéraire ?

Cela remonte au mois d’août 2016. J’avais emménagé à La Réunion quelques mois auparavant et l’hiver austral battait son plein. Je profitais des journées plus fraîches pour feuilleter mes albums de voyages. Je me suis alors souvenue avec tendresse de mon activité de blogueuse lorsque j’étais étudiante et que je partageais mes aventures à l’étranger avec mes proches. J’ai alors eu envie de me relancer dans l’aventure, mais de créer un blog différent pour parler d’une autre passion puisque mon quotidien avait bien changé depuis la fin de mes études. Le thème n’a pas été difficile à choisir car je suis une fervente lectrice depuis toujours. L’idée de chroniquer mes lectures s’est naturellement imposée à moi, notamment lorsque j’ai découvert l’existence de cette communauté très riche et dynamique, en particulier sur Twitter où l’on peut échanger avec d’autres chroniqueuses et même des maisons d’édition ! Cette activité solitaire qu’est la lecture est brusquement devenue beaucoup plus interactive, ludique et connectée.

Que préférez-vous dans cette activité ? 

La perspective de chroniquer un roman me pousse à avoir une lecture plus « active » pour rédiger une critique pertinente et argumentée. Je me pose beaucoup plus de questions, j’analyse davantage mes lectures. Un exercice qui s’est révélé très utile pour la rédaction de mon propre roman. Par ailleurs, les réseaux sociaux sont une source intarissable d’idées. Impossible d’alléger sa fameuse pile à lire. Sans parler des livres découverts en avant-première par l’intermédiaire de partenariats avec les éditeurs ou sur NetGalley. Grâce à tous ces outils numériques, le monde de la littérature s’est considérablement démocratisé et a pris une nouvelle dimension fascinante et attrayante en permettant aux critiques « amateurs » de partager leurs avis et d’avoir une voix parfois plus percutante, accessible et audible qui résonne auprès d’un public bien plus vaste.

Quelles sont les étapes qui vous ont conduite à écrire votre premier roman ? 

Écrire un roman est une ambition de longue date mais les planètes ne se sont alignées que récemment. L’écriture et la lecture me plaisent depuis l’enfance, alors je me suis naturellement dirigée vers un cursus littéraire et linguistique. Je travaille aujourd’hui comme traductrice indépendante spécialisée dans la communication d’entreprise, le marketing et le juridique. Mes projets de traduction favoris portent sur des documents à forte dominante rédactionnelle, un excellent moyen d’améliorer ma plume et mon style. Pendant mon temps libre, j’ai commencé de nombreux manuscrits sans jamais les achever pour une multitude de raisons. En juin 2017, j’ai appris que les éditions Charleston lançaient un appel à manuscrits pour le Prix du Livre Romantique 2018. J’adore leur ligne éditoriale et je savais que l’existence d’une date butoir me donnerait une motivation supplémentaire pour arriver enfin au bout d’un manuscrit, sans pour autant savoir s’il serait assez bon pour le soumettre. Forte de mon expérience de chroniqueuse et des innombrables conseils et tutoriels d’écriture prodigués en ligne (un autre atout formidable de cette blogosphère littéraire), j’avais enfin les outils nécessaires pour concrétiser mon rêve. Avec un calendrier d’écriture rigoureux et beaucoup de détermination, mon premier bébé littéraire a enfin pu voir le jour.

Pourquoi avoir choisi l’autoédition ?

Je pense que je n’aurais pas eu le cran de me lancer dans cette aventure et « d’exposer » mon bébé littéraire si les éditions Charleston ne m’avaient pas suggéré l’idée en m’orientant vers leur partenaire Librinova. En participant au concours cité plus haut, je voulais savoir si j’étais légitime comme auteure. Imaginez le bonheur que j’ai ressenti en apprenant que mon roman était arrivé tout proche des 5 finalistes du Prix du Livre Romantique 2018 parmi des centaines de manuscrits ! Même sans être lauréate, c’est une excellente performance à mes yeux pour une première participation à un concours d’écriture. Ce coup de pouce d’une maison d’édition réputée a été vraiment déterminant et m’a donné confiance en moi. J’ai osé franchir le pas et je pense déjà à la suite. En effet, l’écriture de mon deuxième roman est bien entamée et j’y prends beaucoup de plaisir.

Parlez nous un peu plus de votre roman… A qui s’adresse-t-il plus particulièrement?  

Le doux parfum des jacarandas un roman chick-lit feel-good. Beaucoup d’anglicismes pour parler d’un roman féminin qui fait du bien ! Il dresse le portrait de femmes fortes et indépendantes dans deux époques différentes. Nina O’Reilly est une trentenaire ultra connectée et accro à la lecture — une jeune femme de son temps dont les déboires sentimentaux vont la mener à changer totalement de vie en déménageant à l’autre bout du monde.
À Brisbane en Australie, elle va croiser le chemin de Walter, un vieil homme dont les amours passées vont bouleverser le destin de Nina qui aspire maintenant à devenir auteure. Elle trouvera l’inspiration pour son premier roman à travers le récit de l’histoire d’amour impossible entre Walter et Madeleine, deux adolescents que tout oppose dans les années 50, une époque marquée par la légèreté du rockabilly/rock’n’roll et un contexte social peu favorable aux jeunes femmes avides de liberté. Issues de la haute société, Madeleine et sa meilleure amie Betty vont connaître une fin d’adolescence mouvementée aux côtés de garçons considérés comme peu fréquentables par certains.
Ce roman est à mi-chemin entre la comédie romantique et la saga familiale, une histoire pleine de rebondissements qui devrait plaire essentiellement à un public féminin (même si des hommes m’ont affirmé avoir aimé l’histoire ! 😊).

Le doux parfum des Jarcandas

Si votre curiosité a été piquée par cet entretien, n’hésitez pas ! Pour l’occasion, Le doux parfum des Jacarandas est en accès libre aujourd’hui (le 19 janvier) !

Capture d_écran 2018-01-11 à 10.41.57

 

2 réflexions sur « Coup de projo sur nos lecteurs #36 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s