Vos couvertures préférées au mois de Mai

Nous aimons parcourir le catalogue NetGalley France et découvrir les couvertures pour lesquelles vous avez votées. La sélection est souvent colorée et variée et vous permettra peut-être de découvrir un livre que vous auriez manqué sur le catalogue.

Par choix, pour vous faire découvrir de nouveaux livres, nous avons choisi de ne pas faire apparaître les titres de la sélection du challenge NetGalley dans cette sélection mensuelle, bien sûr nombreux d’entre-eux ont reçu des votes ces dernières semaines !


Découvrez les couvertures qui ont reçu le plus de votes positifs ces dernières semaines :

Ce mois-ci l’équipe NetGalley a également choisi 4 couvertures qu’elle souhaite partager avec vous :

Apocalypse Transferts
Fabio M. Mitchelli
Bleue
Maja Lunde
Des rêves infinis
Karen Thompson Walker
Le Bûcher de Moorea
Patrice Guirao

Continuez à nous dire lorsque vous aimez une couverture du catalogue, votre avis compte pour les auteurs et les éditeurs !

Coup de projo sur nos lecteurs #53 – Les Chroniques d’Acherontia

La communauté NetGalley est riche de bibliothécaires, libraires, professeurs, journalistes, blogueurs, chroniqueurs… qui nous enrichissent de leur travail en partageant quotidiennement leur passion pour la lecture et leurs coups de coeur littéraires.

Nous aimons prendre le temps de pointer le projecteur sur leur activité et partager avec vous quelques bribes de leur parcours… 

Aujourd’hui, nous avons la joie de partager notre entretien avec Marie, connue aussi dans la blogosphère littéraire sous le pseudo Acherontia Nyx.

Elle partage son parcours, nous raconte sa relation avec les livres, nous parle de son travail de bibliothécaire-documentaliste et explique ce qui l’a poussée à se lancer dans la blogosphère avec un blog créatif et littéraire.


Pour commencer, comment définiriez-vous votre relation avec les livres, la lecture ? 

Avant toute chose, je définirais cette relation en un mot : « nourriture ». 

Je pense en effet que la lecture est totalement nécessaire à ma vie personnelle comme à ma vie artistique. Je la vois comme une nourriture, autant intellectuelle qu’artistique, humaine, philosophique, voire spirituelle. Et comme toute nourriture, elle est indispensable à ma survie. C’est aussi simple que cela. 

La lecture et moi, c’est « Je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ». Cela peut paraître étrange pour une blogueuse littéraire, car l’on a souvent l’impression que nous sommes tout le temps « à fond » dans notre passion, qu’on la vit à la folie tous les jours. Mais en fait, ce n’est pas si vrai que ça. Pour ma part, mon intensité de lecture varie selon les périodes. Je peux connaître de longues semaines durant lesquelles je ne ferais que lire, si je m’écoutais. Dès le lever, j’ai envie de bouquiner, et j’ai un mal fou à attendre ma pause de midi pour reprendre mon roman là où je l’ai laissé la veille. Lorsque je rentre du travail, je n’ai qu’une envie, finir au fond de mon divan préféré avec mon livre du moment entre les mains. Et puis l’envie se fait moins pressante, elle entre progressivement en hibernation, et là, ce sont d’autres envies qui prennent le dessus, majoritairement des envies créatives.

On dirait, dans ces moments-là, que mon imaginaire est repu et que ma créativité, nourrie de toutes ces lectures, prends le pas et me pousse à reprendre le chemin de l’activité artistique. Il faut savoir qu’en plus de mon métier premier, je suis aussi artiste multidisciplinaire, j’écris des textes, je les illustre, je crée des bijoux et des accessoires issus de mon monde imaginaire, puis je joue de la harpe celtique, aussi. Durant ces moments-là, je lis toujours, mais moins. Je ne m’autorise des pauses-lecture que lorsque je suis satisfaite du travail accompli au point de vue artistique, c’est-à-dire avant de me coucher, le plus souvent. Et puis, comme tout le monde, je suis humaine et non une machine à lire, donc il m’arrive parfois d’avoir des périodes « sans », où je n’ai envie de rien en particulier, à part me « mater » un bon film dans les bras de l’Amoureux, passer un peu de temps avec les enfants, ou sortir entre amis. Dans ces périodes, la lecture est souvent remisée au placard pour une durée indéterminée… qui heureusement ne s’éternise jamais.

Cela étant, j’ai très souvent du mal à rester une journée sans lire une ligne. Dans mes moments de lecture passionnée, j’ai constamment la liseuse sous la main, et je la sors au moindre instant d’attente, dans la file du magasin, dans les embouteillages, pendant que le repas cuit… Même dans mes périodes « sans », il me faut au moins lire quelques lignes, même si je prends un mois à finir mon roman. Je pense que je serais très malheureuse sans aucune lecture à portée de main. 


Vous êtes bibliothécaire-documentaliste, il me semble, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre travail ?

Effectivement, j’ai fait de ma passion pour les livres mon métier. Malheureusement, je ne travaille pas du tout dans le domaine de la littérature, puisque je fais partie de deux bibliothèques universitaires.

Ce que je manipule le plus souvent, ce sont des livres informatifs, des thèses, des travaux de fin d’études, des périodiques scientifiques. La première bibliothèque où je bosse est spécialisée dans les sciences appliquées et les mathématiques… autrement dit, pas du tout ma tasse de thé ! Heureusement pour moi, je ne suis pas obligée de connaître le contenu de ces ouvrages pour pouvoir les traiter et les proposer aux lecteurs de l’université. Les études de bibliothécaire-documentaliste nous apprennent à traiter tous les types de documents, qu’ils soient intelligibles pour nous ou non.

En revanche, la seconde bibliothèque où je travaille me permet de côtoyer des documents beaucoup plus amusants, puisque j’y occupe un poste d’opérateur en numérisation patrimoniale. Oui, c’est un bien grand mot ! En fait, je numérise des documents anciens, principalement des manuscrits (médiévaux ou non), des incunables (les premiers imprimés d’Europe avant l’arrivée de la typographie, située en l’an 1501), des cartes et des imprimés anciens. Le but visé est, d’une part, de rendre ces documents accessibles gratuitement au plus grand nombre, et d’une autre part, de minimiser la manipulation physique de ces documents qui peuvent se montrer parfois très fragiles. (Si le sujet vous intéresse, je vous invite à aller faire un petit tour d’horizon sur notre plateforme, Donum.uliege.be). 

C’est un travail qui me plaît particulièrement car il me permet de manipuler des documents anciens et précieux, et ainsi de réaliser un de mes rêves de petite fille. En effet, j’ai toujours été fascinée par le Moyen Âge, les vieux grimoires, les parchemins, la calligraphie, l’enluminure… C’est un univers qui m’inspire énormément, et je suis heureuse de pouvoir y contribuer à ma façon. 


Pouvez-vous revenir sur l’histoire de votre blog : qu’est-ce qui vous a poussé à prendre le temps d‘écrire après vos lectures ? 

L’histoire de mon blog est relativement ancienne, puisqu’il vient de fêter ses six ans d’existence. La période qui a vu ses balbutiements reste un peu floue dans mes souvenirs, mais je pense qu’à un moment donné, j’ai dû faire le constat que je lisais beaucoup moins qu’avant.

J’avais environ 27 ans quand j’ai décidé de me lancer dans l’aventure du blog. C’était une époque de ma vie où j’avais le sentiment d’être arrivée dans une impasse. Dans mon mal-être, je me suis tournée vers une activité que j’avais depuis longtemps délaissée et qui me faisait du bien lorsque j’étais ado : la lecture. Cela a commencé par un roman de Laurent Gounelle, un roman « feel good » qui m’a rendu suffisamment de confiance en mes capacités pour pousser le vice un peu plus loin.

J’ai toujours eu l’envie de conserver une trace de mes lectures et de ce qu’elles m’avaient apporté. D’ailleurs, quand j’étais gamine, je rêvais d’écrire une encyclopédie de la fantasy. Une jolie utopie, mais l’idée y étais. Je crois aussi que, me sentant seule et enfermée dans une situation que je ne maîtrisais pas, j’ai eu besoin de partage.

Cela s’est donc fait assez naturellement, encore qu’au début, je me sentais légèrement mal à l’aise de partager ainsi des bouts de ma vie sur Internet. Je pense surtout que je n’avais pas assez confiance en moi, en ma façon d’écrire et en mes avis de lecture. Mais j’ai senti que ça me faisait du bien, que c’était en quelque sorte thérapeutique, et j’ai tenu bon.


Que préférez-vous dans cette activité ?

Les services presses ? (Rire) Non, plus sérieusement, je pense que le côté que je préfère par-dessus tout, c’est le partage. Je ne suis pas une « super addict » des réseaux sociaux, loin s’en faut. Je suis plutôt du genre ourse mal léchée qui hiberne dans son salon au coin du feu de bois. Mais je dois dire que la petite communauté des lecteurs de l’imaginaire est plutôt soudée et très intéressante à découvrir. Jusqu’à présent, je n’y ai trouvé que des personnes bienveillantes, cultivées et curieuses de tout. De temps à autre, on peut se croiser au détour d’un salon, même si l’on ne se reconnaît pas toujours (et je dois dire que je ne suis aaaaaaabsolument pas physionomiste… ce qui me vaut souvent de mauvais tours !). Il y aussi beaucoup de partage avec les auteurs et les éditeurs, qui souvent nous reconnaissent d’un salon à l’autre. Oh, je ne suis certes pas la plus connue des blogueurs de l’imaginaire, et je ne cherche pas non plus à le devenir (faute à ma timidité et mon stress social… Cela s’améliore avec le temps, mais c’est un combat de tous les jours). Cela dit, c’est toujours très plaisant de voir que l’on se rappelle de nous et que notre travail est apprécié. 

Comment vous organisez-vous pour tenir votre blog à jour et être active sur tous vos réseaux ?

Hum, quand vous dites « à jour », c’est genre un post par jour, ou… ? (Rire) Pour être tout à fait honnête, je suis à des années-lumière d’être à jour sur mon blog et mes réseaux sociaux. Je dois avoir… quoi ? Une quinzaine de chroniques en retard, au bas mot. Et si ça se trouve, je suis loin du compte. Et je ne parle même pas des challenges littéraires. Là, rien que d’y penser, ça me donne le tournis ! Bon, je vous explique le hic…

Avec mon Amoureux actuel est aussi venu l’épanouissement personnel, le retour de l’énergie et de la confiance en moi. C’est ainsi que j’ai pu (enfin !) me lancer dans mes projets artistiques qui me faisaient envie depuis si longtemps mais dont je m’interdisais l’accès par crainte de l’échec. Je suis donc passée d’un « simple » temps plein à la bibliothèque à un triple temps plein bibliothèque/belle-maman/artiste. Et ça, ce n’est pas de la petite bière! Et si en plus on compte que je suis aussi harpiste et secrétaire de rédaction pour le magazine Metallian, cela fait vite beaucoup pour une seule personne. Alors c’est vrai que je manque trop souvent de temps, que je suis souvent overbookée, fatiguée, parfois même sur les rotules, mais au moins, je vis, et j’aime cette vie qui est la mienne. Je ne l’échangerais contre rien au monde ! Comme le dit ma prof de harpe : « On aura tout le temps de se reposer quand on sera passés de vie à trépas ! » 

Donc, pour répondre à cette question, je n’ai pour l’instant aucune organisation quant au blog, et cela se ressent d’ailleurs, car je suis souvent en retard pour rendre mes chroniques (un grand mea culpa aux auteurs et aux éditeurs qui attendent…). Ce n’est pas de mauvaise part, c’est juste que je surnage parmi les tâches sans en voir la fin. 

Pour terminer, avez-vous un/des coup(s) de coeur découvert(s) récemment sur NetGalley à partager ?

Mon dernier coup de cœur sur Netgalley a été pour un livre plutôt typé «young adult ». Je lis très peu de romans de ce genre, d’habitude. Je suis généralement beaucoup plus portée sur les romans pour adultes (et je ne parle pas que des romans à caractère licencieux, n’est-ce pas…).

Il s’agit du premier tome de l’Asile du Nord, intitulé « Camille » et écrit par Carine Paquin.

L’auteure nous conte une histoire de possession démoniaque, avec un joli fond de romance, mais qui ne verse pas dans la vulgarité comme on peut parfois le voir avec certaines séries de bit-lit. J’ai particulièrement apprécié le côté « histoire vraie » qui rend le récit particulièrement immersif.

Le fait est que l’histoire s’ancre dans une ville bien réelle appelée Malartic, au Canada. C’est la ville natale de l’auteure, si je ne m’abuse, et cela se sent car tout est décrit très minutieusement, du décor au background historique, jusqu’aux ambiances mêmes.

La chronique paraîtra bientôt sur le blog, entre une séance de peinture aquarelle, deux prêts de livres, la correction d’un devoir et la préparation du souper du jeudi soir !

Défi n°1 : Commencez votre journal de lecture !

La première semaine du Challenge NetGalley touche à sa fin. Nous sommes ravis de votre enthousiasme et heureux de voir de nombreuses chroniques déjà partagées avec les éditeurs sur NetGalley !

Le moment est venu de vous proposer notre premier mini-défi : cette semaine nous vous encourageons à vous lancer dans la rédaction d’un journal de vos lectures!


En tant que lecteur professionnel, vous lisez et parlez d’un grand nombre de livres chaque année, il n’est pas toujours facile de garder la trace de toutes vos lectures…

Pour travailler de manière professionnelle avec les éditeurs et les auteurs et échanger au maximum avec l’ensemble de la communauté de lecteurs en ligne, une bonne organisation est nécessaire.

En quoi consiste exactement la tenue d’un journal de lecture ? Quels seraient nos conseils et astuces pour créer et commencer votre journal ?

Nous avons résumé tout cela pour vous dans un article.


Consultez nos conseils et astuces, puis lancez-vous à votre tour !

  • Définissez le type de journal de lecture que vous souhaitez tenir.
  • Commencez votre journal et tenez le cap, au moins durant le challenge.
  • Montrez-nous ce que vous notez dans votre journal, comment vous le façonnez en le partageant avec le hashtag #ChallengeNetGalleyFR sur votre blog, sur Facebook, Twitter ou Instagram!

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir et de moments créatifs en vous lançant dans votre journal de lecture!


Vous n’êtes pas encore inscrit au Challenge NetGalley, mais vous souhaitez nous rejoindre ? Pas de problème! Inscrivez-vous via ce formulaire et démarrez directement vos lectures en choisissant parmi l’un des 20 titres exclusifs de la sélection de lancement du Challenge !

Tenir un journal de vos lectures

Savez-vous toujours répondre lorsque l’on vous demande ce que vous avez lu et aimé récemment ? Etes-vous toujours capable d’apporter le bon conseil lecture à votre interlocuteur ?

Il est parfois difficile de répondre, même pour de grands lecteurs, sans avoir sa bibliothèque sous les yeux. C’est bien dommage : garder une trace de chacune de ses lectures pour pouvoir en parler fait en effet partie des grands plaisirs d’un lecteur.  


Pourquoi tenir un journal de vos lectures ?

Vous tenez déjà un blog, vous postez régulièrement vos chroniques sur NetGalley, vous êtes actifs sur les réseaux… Pourquoi devriez-vous multiplier les espaces et vous lancer pour tenir un journal de vos lectures ?

Pour vous!

Soyez rassurés : cela ne vous prendra pas nécessairement beaucoup de temps et ce petit travail vous permettra de garder en tête toutes vos lectures, d’enrichir votre réflexion avant d’écrire une chronique, de réduire votre pile à lire et vous incitera certainement à diversifier vos lectures.

Ecrire après avoir terminé une lecture c’est avant tout prendre un moment pour vous : cela permet de vider votre esprit et de faire le point sur votre livre.


Quel support choisir pour votre journal de lecture?

Pour tenir le cap, et remplir de manière régulière votre journal il sera important qu’il vous ressemble : pensez donc à le personnaliser et à l’organiser d’une manière ludique, qu’il vous plaise!

Pour beaucoup, la liste restera sûrement la meilleure option : choisissez un petit carnet et chaque mois, listez simplement vos dernières lectures.

Pour les artistes, les lecteurs qui auraient un peu plus de temps : lancez vous dans l’option bullet journal (bujo) : un système d’organisation qui fait fureur ces derniers temps! Un bullet journal s’organise autour d’entrées (de chapitres) que vous inscrirez au fur et à mesure dans votre cahier : vos dernières lectures bien sûr mais aussi, pourquoi pas, votre wishlist d’anniversaire, vos lectures sur un thème etc.

Que mettre dans votre journal de lecture ?

Posez-vous tout d’abord la question “Que doit vous apporter ce journal de lecture ?”

  • Vous souhaitez simplement garder un oeil sur les livres que vous lisez :

Pour chaque titre, indiquez les références du livre – titre, nom de l’auteur, éditeur, date de publication – précisez le genre, le thème dominant, évaluez le livre selon une notation que vous avez choisie et ajoutez quelques mots sur votre ressenti en fin de lecture.

Pensez également à ajouter votre temps de lecture, bon indicateur pour recommander le livre à un ami.

  • Vous souhaitez garder un oeil sur votre budget lecture :

Listez alors les livres que vous achetez (papier et numérique) avec leur prix, et le lieu où a été réalisé l’achat. Vous pouvez aussi tenir une liste des livres que vous souhaiteriez ajouter à votre bibliothèque.

Vous pourrez ainsi, selon votre budget, et de manière raisonnable craquer pour des livres que vous souhaitiez lire depuis longtemps !

  • Vous souhaitez gagner du temps avant de rédiger vos chroniques littéraires :

Utilisez votre journal de lecture avant tout comme un cahier de lecture dans lequel vous prendrez des notes. Des points simples suffisent amplement ici et doivent vous permettre de préparer la rédaction de la chronique. Vous pouvez diviser vos notes en points positifs (ce que vous avez apprécié à propos du livre) et critiques.

  • Vous souhaitez développer de nouveaux projets autour de la lecture ?

Là encore un journal de vos lectures peut vous aider! En écrivant quels livres vous souhaitez lire dans un avenir proche ou sur une période donnée, vous pouvez capturer et visualiser concrètement vos objectifs de lecture et tenir le cap de votre objectif !


La Check-List hebdomadaire NetGalley peut aussi vous aider :

Sur NetGalley, nous vous aidons à tenir à jour votre journal de lecture avec notre Check-List : abonnez vous pour recevoir chaque dimanche la liste des livres qui vous attendent dans votre bibliothèque NetGalley et ceux pour lesquels les éditeurs attendent votre retour.

Retrouvez toutes les informations concernant la Check-List NetGalley dans cet article.

Il n’y a rien de mieux que la participation à un challenge pour commencer un journal de vos lectures… Avons-nous réussi à vous convaincre d’en tenir un ?


Le Challenge NetGalley revient !

Lire : « Découvrir, Apprécier, Recommander ” – c’est avec cette formule que nous avons la joie de lancer aujourd’hui la seconde édition du challenge NetGalley France !

Cette année encore, nous souhaitons vous encourager, durant quatre semaines, à partager autant de chroniques que possible sur NetGalley pour faire rayonner vos découvertes littéraire et mettre en valeur le travail de la communauté de lecteurs NetGalley !

L’année dernière vous aviez partagé 2100 chroniques littéraires durant le Challenge ! Serons-nous capables de mieux faire cette année ? 🏆


Le challenge NetGalley 2019 en quelques mots :

Les inscriptions au Challenge NetGalley ouvrent aujourd’hui, le 9 mai 2019 ! Il sera possible de vous inscrire jusqu’à la fin du challenge, le 6 juin .

Tous les participants recevront dans les 24 heures qui suivront leur inscription une sélection exclusive de 20 livres, proposés par les éditeurs, pour lesquels leurs accès seront préapprouvés. Ils pourront ainsi démarrer rapidement leur mois de lecture !

Sélection exclusive de lancement pour le challenge NetGalley

Nous vous encourageons, bien sûr, à partager un maximum de chroniques sur tous les livres du catalogue mais cette sélection peut vous accompagner durant le challenge.


Un challenge rythmé d’animations chaque semaine

Pour vous accompagner et vous motiver durant tout le challenge, nous avons imaginé des petits défis et de nombreux conseils pour bien utiliser NetGalley que nous partagerons chaque semaine.


Que peut-on gagner en participant au challenge ?

Tous les participants, inscrits au challenge, qui auront partagé au moins une chronique – pour n’importe quel livre du catalogue – avant le 6 juin, recevront sur leur profil le badge du challenge NetGalley 2019, récompense de leur dynamisme et de leur activité!

En participant au challenge, vous pourrez également tenter de remporter l’une des deux liseuses TEA mises en jeu.

La personne qui aura partagé le plus de chroniques sur NetGalley pendant les 4 semaines du challenge recevra une liseuse TEA Ultra.

NetGalley tirera au sort un participant parmi ceux qui auront mis à jour leur profil NetGalley et partagé au moins une chronique sur un titre de la sélection de lancement : il recevra une liseuse TEA Touch Lux 4 rouge.


Nous vous tiendrons informés durant toute la durée du challenge sur ce blog, par email, mais aussi sur nos réseaux (sur notre page Facebook, notre compte Twitter et sur Instagram)

Avec le hashtag #ChallengeNetGalleyFR vous pouvez rester en contact avec tous les participants au challenge et suivre leurs découvertes !


Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir à lire, et partager vos chroniques sur NetGalley au mois de mai ! ☺️

L’équipe NetGalley France


Vous pouvez retrouver le règlement complet du challenge ici.

Que lira-t-on au mois de mai?

En mai, lis ce qu’il te plaît !

Les jours rallongent, le mois de mai est riche en jours fériés : voici pour vous occuper une sélection de livres que vous avez accueillis avec enthousiasme, à découvrir en avant-première, sur votre catalogue NetGalley !


Dans ce volume de fantasy d’influence steampunk, l’auteur nous livre un hommage décalé et ambitieux au romantisme slave.


Entre les palpitations d’un nouvel amour et la quiétude d’une vie qui s’est reconstruite, entre remords et regrets, y a-t-il pour Claire un bon choix ?


 J’ai fini par y aller vraiment, dans l’Himalaya. Non pour escalader les sommets, comme j’en rêvais enfant, mais pour explorer les vallées. Je voulais voir si, quelque part sur terre, il existait encore une montagne intègre, la voir de mes yeux avant qu’elle ne disparaisse.


 Au fil des drames et des scandales, derrière l’ironie et le grotesque, se dégage un propos profondément humain sur une page méconnue de l’histoire contemporaine. 


La découverte littéraire australienne de l’année !


Pas le temps, aucun répit et un déluge d’inconnues, c’est ce qui attend la crème de la PJ parisienne : Sharko, Henebelle et Bellanger. 


Un virus, une contamination et plus de civilisation. Cela fait trois ans que le monde des hommes est tombé et que les morts se relèvent dans l’Après. Rien n’avait préparé Heath, Julian et Reed à partager ce voyage. Bien que tout les sépare, ensemble, ils affrontent cette nouvelle ère aux lois morales abrogées…


Pour les plus jeunes

La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.


Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure.


 Seuls rescapés, les jeunes gens tentent de survivre dans les conditions les plus extrêmes : la faim, le froid, la nature hostile et l’isolement vont les pousser à bout, révélant au passage les pans les plus sombres de leur passé.


À 15 ans, le quotidien de Romain se transforme en film catastrophe. Il est incapable de reconnaître ses  parents ni même son reflet dans une glace… le voilà amnésique, au secours ! Il décide de compiler chaque épisode de sa nouvelle vie dans un journal, et de se lancer dans une (en)quête d’identité.


Auteur de la célèbre trilogie Arkandias, adaptée en 2014 au cinéma, Éric Boisset a reçu de nombreuses récompenses pour l’ensemble de ses romans. C’est aujourd’hui un auteur incontournable de la littérature jeunesse.